• Home
  • Voyage
  • Que dit la loi à propos de l’hivernage et du gardiennage ?
Voyage

Que dit la loi à propos de l’hivernage et du gardiennage ?

La protection d’un bateau compte parmi les gestes d’entretien incontournables, à terme de la période de navigation. Elle permet de maintenir le véhicule nautique en bon état, suite à l’exposition à l’humidité, aux variations de températures ou encore aux intempéries. Par ailleurs, ce geste permet aux plaisanciers de protéger leurs bateaux des actes de vandalisme et de chapardage. Pour ce faire, il existe quelques solutions à savoir l’hivernage sur un chantier, la location d’un emplacement à terre, l’installation dans un port à sec ou encore le gardiennage bateaux Porto à flot.

Zoom sur la location d’emplacement

Le placement dans un port à sec représente l’une des formules pouvant être choisie par un plaisancier. Elle consiste à lever le bateau et à le garder dans une cellule d’un rack jusqu’à ce que la saison soit terminée. En optant pour cette solution, le propriétaire du navire peut bénéficier de prestations telles que le carénage et l’hivernage du moteur. Toutefois, le placement dans un port à sec ne garantit pas la sécurité du bateau, car il est indiqué que les services n’incluent pas la surveillance du navire. Ce qui semble assez étrange, car pour que le bateau puisse se mouvoir, il faut employer des dispositifs de manutention lourds et qui, par ailleurs, sont contrôlés par le personnel du port.

Que se passe-t-il en cas de vol ?

Ces vingt années passées ont été marquées par la répétition des vols, notamment la nuit et hormis les jours ouvrables. Si un incident se produit, il est tout à fait possible de poursuivre le chantier, même si ce dernier n’est pas obligé d’honorer un engagement de gardiennage bateaux Porto. Il est possible d’entamer la poursuite si ces deux cas se présentent :

  • La sécurité n’est pas optimale
  • Les auteurs du vol ont pu entrer dans la zone sans effraction

Le contrat de location d’emplacement est automatiquement converti en dépôt salarié, car le plaisancier n’est pas forcément le gardien de son navire.

Ainsi, chaque déplacement ou exploitation des outils et des moyens de manutention sont facturés par le chantier. Enfin, lorsque le véhicule nautique est mis sur ber, le chantier peut effectuer le déplacement, sans prévenir le client préalablement.

Il est ainsi conseillé à tout plaisancier de prendre le temps de bien lire et évaluer le contenu de chaque contrat avant de signer, pour éviter les mauvaises surprises.

Related posts

Trouvez et achetez le bateau qui vous ressemble

Un circuit en Afrique du Sud, une opportunité d’explorer des sites fascinants

Les équipements indispensables d’un camping-car

Choisir son quartier de résidence à Chamonix

Plus de détails concernant le camping des Jonquilles

Le tourisme spirituel, un marché très important

Avez-vous pensé à un atelier magie pendant les vacances de vos enfants ?

La Bourgogne vous invite au bien-être et au confort

Visitez l’île d’Oléron en famille