Santé

Cigarette électronique : une règlementation plus stricte en vue ?

Cela fera bientôt 20 ans que nous côtoyons la cigarette électronique. Un phénomène qui a enrichi le dictionnaire de nouveaux mots tels que vapoter, vapotage, vape …, mais qui laisse encore des zones d’ombre autour de lui. De ce que l’on sait, elle est une aide précieuse durant le sevrage tabagique, mais peut-on lui faire entièrement confiance pour autant ? Les scientifiques sont partagés et ont fini par demander une règlementation plus stricte. Voici pourquoi …

Comment fonctionne la cigarette électronique ?

La cigarette électronique est un petit appareil, aujourd’hui pourvu d’un box rectangulaire où se situe la batterie ou les accus, d’une résistance qui englobe le fil résistif et un bout de la mèche en coton et le clearomiseur qui se compose du réservoir, de la cheminée et de l’embout buccal. Alors que la batterie se charge de délivrer le courant électrique qui fait fonctionner l’ensemble, c’est la résistance qui va permettre la production de vapeur. Réchauffée sous l’effet du fil résistif, il va transmettre sa chaleur à la mèche imbibée d’e-liquide. Celui-ci va s’évaporer pour permettre à la cheminée de véhiculer la vapeur jusqu’au drip tip. C’est là que l’utilisateur va le recueillir dans sa bouche.

Savoir comment changer la résistance de cigarette electronique est essentiel puisqu’il s’agit d’une pièce maîtresse du dispositif. Une défaillance à son niveau implique une réduction conséquente de la quantité de vapeur produite. Cela peut également en altérer le goût. Quant à la batterie ou les accus, il faut veiller à toujours les recharger et surtout, évitez de lancer le dispositif à température maximale. Cela vous permettra d’augmenter la durée de vie de la batterie utilisée.

Est-elle réellement une aide au sevrage ?

L’e-cigarette a effectivement été d’une aide précieuse pour de nombreux fumeurs en cours de sevrage. Il faut comprendre que lorsqu’on décide d’arrêter de fumer, la dépendance nicotinique n’est pas la seule qui peut nous faire flancher. Il y a également la dépendance psychologique qui allie les gestes, le comportement … Pour supporter les phases de manque, les fumeurs ont droit aux substituts nicotiniques qui ne traitent que la dépendance à la nicotine. Il n’est donc pas surprenant si au final, seuls ceux qui ne souffrent pas de dépendance psychologique arrivent jusqu’à la fin du sevrage.

La cigarette électronique est donc apparue comme une meilleure alternative puisqu’elle traite les deux formes de dépendance à la fois. Grâce aux e-liquides nicotinés, les fumeurs retrouvent les effets de la nicotine. Et grâce aux gestuels qu’impliquent l’usage du dispositif, les fumeurs retrouvent les mêmes habitudes que lorsqu’ils fumaient une clope. Cela inclut la prise en main, la prise en bouche, l’inhalation de la vapeur qui peut être directe ou indirecte et le rejet de la vapeur à l’extérieur.

Réussir le sevrage devient donc plus facile et c’est pour cela que l’appareil est considéré comme une aide efficace au sevrage. Depuis son lancement, l’e-cigarette est d’ailleurs la seule à avoir réussi à détrôner la cigarette classique.

Pourquoi doit-on s’en méfier dans ce cas ?

Tout simplement parce qu’on manque de recul à son égard. En effet, même si cela fait maintenant 19 ans que la cigarette électronique a été lancée sur le marché, on ne sait pas encore si elle a vraiment des méfaits nocifs pour la santé. Jusqu’ici, on ne peut être sûr que de ses bienfaits. Sa réputation a été tellement rapide que les scientifiques n’ont pas eu le temps de mieux l’étudier avant. Maintenant qu’elle est au sommet, ils appellent à la prudence et préconisent même une règlementation plus stricte.

Pourquoi un tel revirement ? Parce que des études ont commencé à lui trouver quelques méfaits. Des vapoteurs se sont également plaints d’effets secondaires.

En ce qui concerne les effets secondaires, ont été rapportés une déshydratation, des irritations de la gorge, une sècheresse buccale, des maux de tête et étourdissements ainsi que des nausées et vomissements. Analysés par les professionnels, ceux-ci ont découvert qu’ils étaient liés à la consistance des e-liquides. Un taux élevé de propylène glycol associé à de la nicotine en est effectivement à l’origine. Il a toutefois été admis qu’ils ne sont pas dangereux pour la santé et étaient d’ailleurs éphémères. Ils s’estompent en seulement quelques heures et disparaissent lorsqu’on réduit la teneur en gaPG.

Concernant les résultats un peu alarmants des études menées, ils se réfèrent à la présence de métaux lourds, de carbonyles volatils … Ce sont des substances toxiques pour l’organisme, mais leur teneur reste très en-deçà des seuils minimums établis. Autrement dit, même si certaines e-cigarettes en dégagent, le risque sur la santé reste moindre. Il est d’ailleurs possible de les éviter en choisissant des e-liquides de qualité et avec des étiquettes claires. De même, choisissez des appareils de qualités qui répondent aux normes établies. Cela vous permettra de vapoter l’esprit tranquille et d’être à l’abri de tout danger.

Related posts

Suivre un objectif et changer de vie ?

Laurent

Le sur-matelas magnétique pour mieux dormir

Tamby

En Hongrie, le tourisme dentaire connaît un essor fulgurant

sophie

À qui faire appel pour trouver des soins dentaires de qualité en Hongrie ?

Tamby

Couronne dentaire Hongrie : ce qu’il faut savoir !

sophie

Des notions à savoir sur le set de repas bébé

Laurent

Tout savoir sur le Eliquide

Laurent

La sophrologie, une technique en plein développement

Tamby

Qui contacter en cas d’urgence médicale ?

Journal